Communistes unitaires, le forum

un nouvel espace d'échange ouvert à tous ceux qui se réclament de la culture communiste, qui ont contribué au rassemblement
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Méthode, contenu selon Ania

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
philippe gascuel



Nombre de messages : 10
Age : 91
Localisation : Rouen
Date d'inscription : 04/02/2007

MessageSujet: Méthode, contenu selon Ania   Sam 17 Fév - 8:02

UNE MÉTHODE POUR TOUS, QUI DIRAIT QUOI ?
Il me semble que j’en entends des bouts avec le " Cas Nasa : vote, consensus et démocratie ? Ou, faut-il envoyer MGB sur la lune ? ". De Ania, une montpelliéraine (jeudi 14 décembre 2006). Voici la contribution de Ania :


Ce que je vais dire là est en fait une redite de " La définition du consensus " mise sur le net par Didier, mais d’une manière différente. Il me semble qu’une redite ne pourrait pas faire de mal, car visiblement l’information passe mal. Peut-être, qu’à la suite du week-end à St-Ouen, je deviens un peu parano, mais quand je vois le " mode d’emploi pour la discussion dans les collectifs et les organisations après la réunion des 9-10 décembre ", avec pour première question à laquelle nous devons répondre :

" A partir de quel choix peut-on construire un consensus :
- la candidature de MGB arrivée en tête de la consultation des collectifs ? "

Je me dis qu’il va falloir se répéter, parce que je pensais que nous avions répondu à cette question le week-end dernier. Je vais même jusqu’à oser me demander s’il ne s’agirait pas d’un vote déguisé. Que fait le Collectif National ?

Mais plutôt que de rentrer dans des supputations incertaines, voir agressives, je préfère vous parler de l‘exercice qui s’appelle Le Cas Nasa et qui a été inventé par la Nasa pour préparer ses astronautes à vivre et travailler ensemble. Exercice que j’utilisais souvent lorsque je faisais des formations pour la préparation au départ des volontaires humanitaires susceptibles, eux aussi de se retrouver à plusieurs dans un espace confiné au milieu de nul part ou pire, au milieu d’un conflit et qui pouvaient être amenés à prendre des décisions importantes pour la survie du groupe ou tout du moins pour sa bonne entente et son efficacité.

Il s’agit d’une mise en situation : le groupe des stagiaires doit s’imaginer qu’il était dans une fusée et que cette fusée vient de s’écraser sur la lune. Seule une quinzaine d’objets ne sont pas détruits. Le groupe doit rejoindre la fusée mère (qui est aussi sur la lune) et pour cela entreprendre une marche sur la lune. La survie du groupe dépend de sa capacité à classer les 15 objets par ordre d’importance, de nécessité vitale. Le groupe (20, 25 personnes) a une heure pour établir sa liste.

Quand cela démarre bien, quelqu’un propose de relire les consignes et de s’assurer que tout le monde a bien compris la même chose. On s’aperçoit généralement que ce n’est pas le cas et que cette clarification est indispensable, car sinon, c’est en cours de route que le problème des consignes va perturber le travail et faire perdre du temps au groupe, voir, créer des conflits. Aurions-nous sauté cette étape ? En tout cas, il me semble indispensable pour la suite de notre travail de commencer par réfléchir sur le sens des consignes qui nous ont été données.

L’étape suivante, c’est l’organisation du groupe de travail : quelqu’un qui distribue la parole et quelqu’un qui note l’avancée du groupe - tous ça vous connaissez, mais il est important que l’avancée du travail du groupe soit notée de façon à être visible de tous (dans ce cas un paper-board fera l’affaire), pour que chacun sache où le groupe en est, et surtout pour qu’il puisse vérifier que ce qui est écrit comme " résultat du groupe " correspond bien à ce qu’il a compris. A ce sujet, je m’interroge sur la synthèse des PV des Comités que l’on nous a distribué à l’ouverture de la réunion de travail. Personnellement je m’attendais à y trouver des arguments en faveur ou en défaveur de tel ou tel candidat en fonction des " critères décidés en commun ", et je pensais que la discussion tournerait autour de cela, peut-être qu’on ferait des groupes de travail par critères ou toute autre organisation permettant de réfléchir sur les arguments. Mais, sans doute avais-je mal lu les consignes puisque je me suis retrouvée avec des tableaux de chiffres !!!!! Comme quoi, lire la consigne, c’est important !

Quand cela se poursuit bien, quelqu’un pense à faire appel à l’expertise du groupe : y-a-t-il quelqu’un qui sache si, une allumette brûle sur la lune, s’il y a un champ magnétique... et c’est, à partir des arguments fournis, que le positionnement de l’objet se fera. Ne pas oublier d’interpeller ceux qui ne s’expriment pas, mais qui ont peut-être des choses à dire. Un groupe qui s’organise comme cela, en général arrive, dans la bonne humeur et le sentiment de faire un tout (on entend souvent dans les commentaires après, des réflexions du type : l’union c’est la force) à un bon résultat (parce qu’il y a une correction faite par les experts de la Nasa). Ils ne savent pas qu’ils viennent d’utiliser la pratique du consensus !

Quand cela se passe moins bien, au lieu de faire appel à l’expertise et d’inciter les gens à parler, quelques personnes prennent parfois la direction des opérations, mais pas toujours de la même direction (tiens, revoilà les 2 ânes attachés par une ficelle et tirant chacun de leur côté pour atteindre un tas de foin). Les arguments autour des objets deviennent des avis personnels qui ne sont pas forcément convaincants pour les autres, jusqu’au moment ou quelqu’un propose pour départager les avis et avancer dans le travail, quoi ? Mais LE VOTE, bien-sûr ! Généralement, mais sans doute cela est-il un hasard, la personne qui propose le vote s’est aperçu que son avis était majoritaire. Les autres personnes qui sont de son avis approuvent et l’on voit le visage de ceux qui sont d’un avis contraire se décomposer. On peut aller jusqu’à voter sur l’idée du vote, bien-sûr les majoritaires sont d’accord puisqu’ils savent que le vote leur donnera ... la majorité. En tout cas pour l’objet à propos duquel ils discutent, parce que pour un autre objet, ils seront peut-être perdants par la suite (quand sera-t-il lorsque notre mouvement sera élargi ?). Les minoritaires qui, parfois n’ont même pas pu exprimer leur opinion sur cet objet (sous prétexte d’aller plus vite) font grise mine. Ils vont faire cette marche sur la lune en traînant des pieds car ils ne sont pas d’accord avec la décision du groupe. Je me souviens d’un médecin mexicain, qui était le seul à penser que la nourriture était plus importante que je ne sais plus quel autre objet. Mais son avis avait été écrasé par le vote et à chaque fois que le groupe votait pour un objet (car une fois mis en place, la procédure du vote devient systématique pour toutes les décisions) et qu’on lui demandait son vote, il répondait " j’ai faim ". Il arrive que la minorité représente plusieurs personnes, un sous-groupe, créant ainsi un conflit plus conséquent parfois porté par un leader, qui s’affronte au leader de la majorité. Ce conflit peut aller jusqu’au départ du leader minoritaire qui quitte la salle. N’ayant pas réussi à prendre le pouvoir, il préfère renoncer. Mais même s’il n’y a pas de leader, la minorité petit à petit se rassemble et peut refuser de continuer cette marche sur la lune avec un groupe qui n’écoute même pas ses arguments, elle affirme alors choisir de rester dans la fusée détruite et préfère attendre que la fusée mère la retrouve. Seulement voilà, les objets sont indispensables à la survie des 2 groupes et il n’est pas possible de les découper en 2. Le groupe majoritaire se rend alors compte qu’il ne peut pas partir sans les autres et qu’il faut absolument les convaincre de venir. Mais comment les convaincre (les obliger ?). Ce sera beaucoup plus difficile qu’au tout début, même en essayant de relancer la discussion et de les écouter car entre temps ils se sont sentis écrasés, obligés, comptés pour quantité négligeable et se sont ancrés dans leur refus. Il faudra donc accepter de perdre du temps pour tout renégocier, faute de quoi, le groupe ne pourra pas donner de résultat à la fin de l’exercice. Car il ne peut y avoir qu’un seul résultat pour l’ensemble du groupe. Moralité du Cas Nasa, " le vote est le pire des moyens démocratiques et ne peut être utilisé qu’à l’exclusion de tous les autres ". Le consensus, même s’il paraît au départ plus long et plus difficile, permet de fédérer un groupe, de lui donner envie de travailler ensemble et aboutit à une meilleure production du groupe.

Bon, je vais aller relire les consignes pour ma réunion de ce soir

Unitairement Ania
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/philippe.gascuel
 
Méthode, contenu selon Ania
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Communistes unitaires, le forum :: Communistes unitaires, Quelle organisation ? :: Poursuivre l'apport du communisme-
Sauter vers: